Le postulat

La vie dominicaine est organisée en couvents et provinces, de même que l’Église est organisée en diocèses et la vie monastique en monastères. Celui qui veut réaliser une vocation va devoir faire un choix concret. La vocation « en général » est une vue de l’esprit. Un jour ou l’autre, il faut bien prendre une décision. Il ne suffit pas d’avoir une vocation sacerdotale, encore faut-il entrer dans un diocèse ; de même pour la vocation monastique, le choix du monastère est primordial. Dans la vie dominicaine, on choisit sa province.

Le noviciat

Le noviciat est une étape déterminante. Il peut se comparer au temps des fiançailles, car il ne comporte aucun engagement définitif. Le novice, comme la province, peut à tout moment, comme il est expressément déclaré dès le début, reprendre sa liberté.

Prise d'habit

Si les novices reçoivent l’habit de l’ordre dès le premier jour, ce n’est pas neutre. Ils sont invités à entrer tout de suite dans la peau d’un religieux qu’ils ne sont pas encore. La mue, comme il est normal, commence par la peau. La peau du visage de Moïse rayonnait de lumière (Ex 34, 29 sq.). Le reste s’en suit, du plus extérieur au plus intérieur, de l’apparent à l’invisible, de l’explicable au plus mystérieux.

Discerner l'appel

La vocation religieuse est un don de Dieu, Elle est un appel auquel il faut répondre. Cet appel n’est pas toujours limpide. Comme dit le psaume : « Non point récit, non point langage, nulle voix qu’on puisse entendre » (Ps 18, 4). Cet appel est une conjonction de plusieurs données qui se mêlent et interfèrent.

La profession

Au terme du noviciat, les frères font « profession ». Elle est un engagement pour une durée limitée de trois ans. Cet engagement est total du point de vue du profès qui se donne entièrement, mais aussi du point de vue de l’ordre qui s’engage à garder ce profès quoiqu’il advienne pendant cette durée. Ni l’un ni l’autre ne se donnent à moitié, ni avec une arrière-pensée de ne pas durer. Si la durée est limitée, pour commencer, c’est affaire de prudence.

Critères de discernement

Quels sont les points de repère qui permettent d’analyser si l’on a, ou pas, une vocation dominicaine ? Il faut dire, avant tout, que l’on n’entre pas dans un ordre comme celui des frères prêcheurs, en étant déjà tout formé, ni même en étant entièrement déterminé. La vie religieuse dans cette tradition est une école de formation.

Comment sont-ils devenus dominicains ?

Un novice - J’ai été séduit par la famille dominicaine. J’ai envie que ma vocation soit portée par tous les saints de l’Ordre. Cherchant une formation en vue du sacerdoce, l’amour de la Vierge Marie et cette communion de saints m’a fait faire le pas.

Annonces