L'histoire du Couvent de Marseille

 L’histoire des Dominicains à Marseille s’articule en trois périodes :

 l°De la fondation en 1225 à la destruction du premier couvent en 1524

 2° De la reconstruction à la disparition du second couvent en 1791

 3° Du rétablissement en 1862 d’un troisième couvent jusqu’à nos jours.

S Thomas d' Aquin : Le regard de ses contemporains

 D'après fr Torell

 Il était grand et gros. Les témoignages sont concordants: il était de haute taille et avait de l'embonpoint; brun de teint et blond de cheveux, mais le front dégarni. L'apparence devait être harmonieuse car, lorsqu'il passait dans la campagne, le bon peuple abandonnait ses travaux et se précipitait à sa rencontre "admirant sa stature imposante et la beauté de ses traits". Sauf peut-être aux tout derniers temps de sa vie, on aurait donc tort de s'imaginer un obèse impotent.

De Saint Maximin à Toulouse Le 11 novembre 1957

Le couvent royal de Saint Maximin a vécu en 1957 une fermeture de plus dans sa longue histoire. Des novices qui y ont pris encore l’habit en octobre 1957 et ils y ont commencé leur noviciat qu’ils ont terminé à Toulouse, cette fois dans un couvent dont l’histoire ne faisait que commencer.
Le 24 septembre 1957, à Saint Maximin, en la fête de Notre Dame de la Merci, le Père Pierre Duchêne, de la province de Paris et nouveau père Maître des novices, accueillait les postulants dominicains.

La fondation des frères dominicains

Dominique était chanoine de cathédrale, dans le diocèse d'Osma, en Espagne, au tout début du XIIIe siècle. Parti pour un long voyage avec son évêque, Diègue, marier quelque princesse scandinave, il parcourut la France à l'aller et au retour et prit la mesure, dans le Midi, de l'état des esprits, ravagés par l'hérésie cathare, livrés à eux-mêmes du fait d'un clergé muet et inculte, sevrés en somme de l'enseignement de la vraie foi.

Sur les Cathares et sur l'Inquisition

Les « mythes historiques » ont la vie dure: il s'agit de donner une vision globale d'un thème ou d'une période ou encore d'un événement qui permet de classer les Bons et les Méchants. Le western en est un, faut-il classer les Cathares et l'Inquisition dans la liste de ces mythes à la dent dure?

L'assassinat de Pierre de Castelnau

Un jour de janvier 1208, vers 6h du matin, Pierre de Castelnau, après avoir célébré la messe, se prépare à traverser le petit Rhône quand il est assassiné de dos par un écuyer du Comte Raymond VI de Toulouse identifié comme venant de Beaucaire.

Le rétablissement de la province de Toulouse (1865)

 « Au fond, la formation de notre province est moins un dédoublement qu'une nouvelle fondation » Cette réflexion du P. Cormier1, après quinze mois d'exercice de sa charge de prieur provincial, suggère en quelle direction chercher la raison du climat de contestation, dont témoigne la forme autojustificative de l'acte officiel – 4 juillet 1865 – par lequel le P. Jandel divisa en deux la province de France pour rétablir l'ancienne province de Toulouse.

Annonces